15 juin 2007

le slam du pianiste

LE SLAM DU PIANISTE

Lui, c’est Jordan.

Il a toujours voulu être un pianiste.

Il a toujours voulu être un artiste.

Tout petit, il était déjà sur la piste.

Sur le chemin du musicien

Celui qui le ménera peut-être au succès, mais pas avant demain

Mais Jordan ne va pas bien, c’est ça le drame

La musique n’est pas son rêve, c’est un moyen

Un moyen de cacher ses états d’âme

Un moyen de cacher qu’il n’est pas celui qu’on croit (*)

L’arbre qui cache la forêt, l’instrument dissimulant la vérité

Pourtant il n’a pas choisi d’être de l’autre côté

C’est… c’est comme ça, c’était pas… programmé.

Au fond, il est surement fier de ce qu’il est.

Même si…

Le monde manque encore cruellement de tolérance.

Même si cette planète n’offre pas à tous les mêmes chances

Selon qu’on aime Kamel ou bien Clémence…

Car bien évidemment, vous l’aurez compris

Ce qui peut trotter dans la tête d’un garçon de cet âge

Ce qui se transforme en désespoir

C’est pour Jordan d’être le fait d’être… (STOP !)

Vous voyez, c’est bien ça le problème,

quand je vous disais que la société n’était pas aussi tolérante qu’on ne le pense…

Vous n’y êtes pas…

Vous n’y êtes vraiment pas…

(au début jusque *)

Vous n’y êtes pas…

Vous n’y êtes vraiment pas…

Jordan n’aime pas Mc Solaar

Ni même Bob Sinclar…

Jordan, lui… il aime… Mozart.

1 commentaire:

carmen maniez a dit…

je pense que ca doit lui aller comme un gant a jordan ! et oui tolerance, un mot peu utilise et malheureusement encore moins applique ...